TROUBLES URINAIRES

Les troubles et infections urinaires

Moins fréquents que chez le chat, les troubles urinaires affectent néanmoins aussi le chien. Pour faciliter l’approche de ces troubles, nous les avons répartis en trois grands chapitres.

Il s’agit d’un réflexe non contrôlé par le chiot qui urine lorsqu’il est en proie à une excitation intense : il est heureux de vous retrouver après une heure de séparation, il a peur en voiture ou en entrant dans le cabinet vétérinaire, il est excité par des jeux avec des enfants...

Lorsqu’il s’agit d’un chiot, on peut considérer que c’est un comportement quasi normal et qu’il apprendra naturellement à se contrôler en grandissant. En tout cas il est inutile de le gronder, cela ne pourrait qu’aboutir à un effet contraire et le stresser davantage.

S’il s’agit d’un chien adulte, il conviendra de l’aider à se débarrasser de ce travers en passant par de l’éducation : le désensibiliser, le protéger des situations excitantes ou effrayantes...

Il peut aussi s’agir de véritables pathologies comportementales comme les phobies et l’hyperkinésie ou hyperactivité. Dans ces cas il faudra consulter un vétérinaire comportementaliste pour trouver la bonne méthode, adaptée à votre chien et entreprendre un traitement qui pourra durer longtemps dans certains cas.

Les troubles urinaires peuvent aussi avoir des origines pathologiques

L’insuffisance rénale chez le chien

Il s’agit d’une anomalie ou une faiblesse dans le fonctionnement des reins. Ceux-ci agissent habituellement comme des filtres. S’ils sont moins performants, le sang peut véhiculer trop de toxines ce qui fait apparaitre des symptômes différents selon qu’il s’agisse d’une insuffisance aigüe ou d’une insuffisance chronique.

L’insuffisance rénale aigüe

Dans ce cas le rein connait une perte d’efficacité brutale et si elle est soignée rapidement, cette insuffisance rénale est réversible. Les symptômes peuvent assez facilement passer inaperçu chez le chien car ils ne sont pas tous caractéristiques de cette seule maladie ou peuvent ne pas être très visibles : manque d’appétit, fatigue, vomissements, diarrhée, mauvaise haleine, douleur lors de l’émission d’urine ou interruption totale...

Les causes de l’insuffisance rénale aigüe chez le chien sont également nombreuses : déshydratation, hémorragie, infections, maladies parasitaires, intoxications, calculs...

La consultation de votre vétérinaire est indispensable rapidement. Il cherchera la cause de l’insuffisance rénale et la traitera, tout en compensant le travail diminué du rein, par exemple en plaçant le chien sous perfusion. Cela permet de rééquilibrer les composants du sang. Dans de nombreux cas, le vétérinaire pourra prescrire un régime alimentaire particulier qui apportera à l’organisme des éléments permettant de faciliter et de soulager les reins.

L’insuffisance chronique

Dans ce cas le rein est détruit de façon progressive et définitive, et il est souvent trop tard pour s’apercevoir de la maladie.

Les symptômes sont le plus souvent un chien qui boit beaucoup, et qui urine beaucoup. Il peut vomir et avoir de la diarrhée. Il peut être anémié à cause d’un manque de globules rouges dans le sang.

L’insuffisance rénale chronique apparait suite à une infection rénale mal soignée, après un cancer du rein, à cause d’une malformation congénitale, ou tout simplement à cause des effets de l’âge sur les tissus.

La destruction du rein est progressive ce qui rend difficile le diagnostic. Quand les symptômes deviennent évidents il est souvent trope tard car cela se produit en général lorsque près de 70% des tissus des reins sont déjà détruits.

Toutefois, un chien peut vivre de longues années avec une partie d’un rein détruite. Le vétérinaire va prescrire une alimentation très étudiée qui visera à apporter les nutriments en quantités calculées : peu de protéines et peu de phosphore. Il faudra aussi amener le chien à se réhydrater.

La maladie étant chronique, le chien devra subir régulièrement des analyses de sang pour vérifier l’adaptation du régime alimentaire et la progression éventuelle de la dégradation des reins.

L’incontinence chez le chien âgé

Autre trouble urinaire que l’on peut aussi rencontrer chez le chien lorsqu’il vieillit : l’incontinence du chien âgé. Il s’agit ici d’une difficulté à se retenir d’uriner ou bien parce qu’il ne s’aperçoit pas du tout qu’il urine.

Différents problèmes de santé peuvent expliquer ce trouble. Ils peuvent toucher la vessie, les intestins, les nerfs et bien sur la prostate. Celle-ci, en augmentant de volume, peut gêner le fonctionnement de l’appareil urinaire.

Le vétérinaire pourra, par analyse et examens, déterminer la cause et la traiter, mais lorsque le chien est âgé, il faut parfois se résigner à vivre avec ce trouble urinaire. Dans ce cas, il conviendra d’adapter la vie quotidienne avec lui, en installant des protections imperméables dans ses lieux de passage principaux, en utilisant des alèses ou des couches.

Live Chat
Accepter les cookies
close
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de mesurer l’audience de notre site et de vous proposer des services et du contenu adaptés à vos centres d’intérêts. Pour plus d’informations, ou pour changer vos préférences de cookies cliquez sur en savoir plus.