LA LEISHMANIOSE CHEZ LES CHIENS

LA LEISHMANIOSE CHEZ LES CHIENS

LA LEISHMANIOSE CHEZ LES CHIENS

LA LEISHMANIOSE CHEZ LES CHIENS

LA LEISHMANIOSE CHEZ LES CHIENS

LA LEISHMANIOSE CHEZ LES CHIENS
20-11-2019

LA LEISHMANIOSE CHEZ LES CHIENS

La leishmaniose chez les chiens est une maladie causée par l'infection d'un chien due au parasite Leishmania infantum et par la réponse établie chez le chien face à cette infection parasitaire. Ce parasite est largement répandu sur toute la côte méditerranéenne, mais il est nécessaire qu'un insecte en particulier, en Espagne il s'agit du moustique Phlebotomus perniciosus, pique un chien infecté puis un chien sain pour entraîner sa propagation dans la population. Une fois infecté, le système immunitaire du chien détecte la présence du parasite dans ses cellules sanguines, et commence à monter des mesures d'attaque pour le détruire. La réaction du système immunitaire peut se faire par la fabrication d'anticorps, un type de protéines capables de détecter le parasite, ou par la formation de cellules spéciales qui engloutiront directement les cellules infectées et le parasite qui s'y trouve. La première réaction, des anticorps, ne permet pas d'éliminer le parasite. L'infection progresse et le chien continue de produire des anticorps pour tenter de la combattre. Paradoxalement, ce sont ces anticorps produits et qui ne réussissent pas à détruire le parasite qui seront responsables des plus gros problèmes dont souffrira le chien. Cependant, si le chien réussit à former une bonne armée de cellules destructives, l'infection sera sous contrôle, voire éradiquée.

Les hommes peuvent également contracter cette maladie. Il s'agit d'une zoonose. On parle alors de leishmaniase. La différence est que les êtres humains sains utilisent une forme plus efficace du système de défense cellulaire et qu'ils peuvent venir à bout de l'infection rapidement. Les personnes qui souffrent de troubles du système immunitaire, qu'ils soient congénitaux, conséquence d'autres maladies affaiblissantes, ou de l'administration de médicaments pour d'autres maladies, peuvent n'avoir pas un système de défense aussi efficace et finir par développer la maladie.

Une des questions les plus fréquemment posées aux vétérinaires est de savoir si la leishmaniose est transmissible d'un chien à l'autre. À cet égard, il est important de garder à l'esprit que la transmission directe entre chiens, ou entre chiens et humains est presqu'impossible car le parasite doit passer une partie de son cycle de vie à l'intérieur de l'insecte qui le transmet, pour subir une série de changements qui permettront d'infecter un nouveau chien ou un être humain. La lutte contre les insectes est par conséquent une des batailles les plus importantes pour permettre la disparition de cette maladie.

On a observé en de rares occasions la transmission d'une mère à son chiot durant la gestation et entre chiens après une transfusion sanguine.

S'agissant d'une maladie qui dépend de conditions climatiques spéciales (l'insecte qui la transmet doit terminer son cycle), on la rencontrera rarement en altitude ou dans des climats froids. Quoi qu'il en soit, le réchauffement climatique peut favoriser l'expansion de la zone d'endémie.

Les chiens originaires de la côte méditerranéenne, exposés depuis des générations à cette maladie, auront probablement une plus grande tendance à répondre de manière adéquate à l'infection que les races d'autres zones géographiques. On calcule qu'approximativement 70 % des chiens des zones endémiques ont été infectés à un moment ou à un autre, bien que plus de la moitié d'entre eux n'aient pas développé la maladie. Seuls 10 à 15 % des chiens finissent par développer la maladie car leur système immunitaire opte pour le mécanisme de défense le moins approprié pour combattre l'infection.

SYMPTÔMES DE LA LEISHMANIOSE CHEZ LES CHIENS

La lutte par l'intermédiaire des anticorps est non seulement la moins efficace, mais aussi celle qui entraîne le plus de problèmes et de symptômes chez les chiens infectés et malades. Les symptômes les plus courants sont des lésions cutanées, quelques-unes avec une distribution caractéristique autour des yeux ou du pavillon auriculaire, mais elles peuvent apparaître partout sur le corps. Il est également courant que les chiens affectés souffrent de problèmes rénaux, les reins s'avérant incapables d'éliminer efficacement ce grand arsenal d'anticorps générés sans succès. Par ailleurs, l'accumulation de ces anticorps dans les vaisseaux sanguins peut être responsable de symptomatologies. Parmi les plus typiques, on retrouve du sang dans le nez. Mais ils peuvent aussi s'accumuler dans les articulations et être responsables d'arthrite chez le chien.

Face à une suspicion de leishmaniose chez votre chien, le vétérinaire réalisera une analyse de sang pour savoir s'il a été en contact avec le parasite, et quel genre de réponse il génère. Les tests (immédiats) servent généralement à savoir s'il a ou non été en contact avec le parasite, sans toutefois donner d'informations sur le type de réponse de votre chien. Si le test est positif, il faudra attendre une confirmation après envoi de l'échantillon de sang de votre chien à un laboratoire de référence, qui mesurera le niveau d'anticorps dans le sang et pourra déterminer si d'autres organes vitaux sont atteints. Il pourra être nécessaire, dans certains cas, d'effectuer des tests plus sophistiqués, qui rechercheront l'ADN de Leishmania dans la moelle osseuse ou les ganglions, ou de réaliser des colorations spéciales sur biopsies.

LA LEISHMANIOSE CHEZ LES CHIENS
LA LEISHMANIOSE CHEZ LES CHIENS

TRAITEMENT DE LA LEISHMANIOSE CHEZ LE CHIEN

Si la maladie est confirmée, au moins deux types de médicaments destinés à combattre la Leishmaniose seront administrés à votre chien, outre ceux dont il a besoin en cas d'affection des organes vitaux. La première phase de traitement est plus intense et dure généralement un mois. Elle se prolonge ensuite pendant un minimum de six mois avec des médicaments moins agressifs.

Après l'infection, votre chien sera un malade chronique. En d'autres termes, il mènera une vie normale avec toujours un risque de rechute en cas d'apparition d'autres maladies affaiblissantes.

Partager avec votre entourage

Emailtwitter