Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Leur Bien-être, Notre Passion.
Setter irlandais

Setter irlandais

Le Setter irlandais est un grand chien de chasse, musclé, qui se caractérise par sa robe de couleur chaude, entre marron et acajou. Son poil est plat et soyeux, avec des franges au niveau des pattes, des oreilles et de la queue. Bien proportionné et élégant, le Setter irlandais se déplace toujours la tête haute. Adulte, la taille et le poids moyens des Setters irlandais sont respectivement de 65 cm et 30,5 kg pour les mâles, 61 cm et 26 kg pour les femelles.

Bon à savoir
  • Chien adapté à un propriétaire novice
  • Education requise
  • Apprécie les promenades toniques
  • Apprécie de marcher plus de deux heures par jour
  • Grand chien
  • Bave un peu
  • Nécessite d'être entretenu un jour sur deux
  • Race non hypoallergénique
  • Chien calme
  • Pas un chien de garde
  • Peut avoir besoin d'apprendre à vivre avec d'autres animaux
  • Un super chien de famille
Setter irlandais sur le terrain

Personnalité

Un Setter irlandais bien élevé, bien socialisé et bien éduqué, deviendra un chien de compagnie extraordinairement doux et affectueux. Il est impératif de l’habituer très tôt aux chats et de le surveiller minutieusement s’il doit cohabiter avec eux. Extrêmement amical, le Setter irlandais fait un piètre chien de garde, même s’il aboie pour signaler la présence d’un visiteur. Il garde un caractère de chiot toute sa vie, ce qui le rend d’autant plus attachant.

Le setter irlandais donne la patte

Origine

Le Setter irlandais est le plus ancien du groupe des setters. Il serait apparu avant le Setter anglais et le Gordon. La race serait issue de croisements entre d’anciens épagneuls et un setter écossais. En 1882, le Club du Setter irlandais a vu le jour à Dublin, porté par le programme d’élevage du Comte d’Enniskillen, qui a développé la robe rouge unie typique. Dans les années 1940, la race a été presque décimée par une maladie oculaire appelée atrophie progressive de la rétine (APR). Grâce au développement de tests ADN permettant d’identifier les sujets transmettant la maladie, la race a redémarré et l’incidence de l’APR a drastiquement chuté.