Les chiens au tube digestif fragile

Tout comme nous, les chiens peuvent avoir des problèmes de digestion. Quand faut-il s’inquiéter ?
LES CHIENS AU TUBE DIGESTIF FRAGILE
LES CHIENS AU TUBE DIGESTIF FRAGILE
LES CHIENS AU TUBE DIGESTIF FRAGILE

L’éducation canine vous intéresse ? Rejoignez notre Club PURINA® pour bien prendre soin de votre chien !

 

Qu’est-ce qu’un trouble digestif chez le chien ?

La définition d’un trouble digestif chez un chien est assez simple. Les symptômes généralement rencontrés sont des vomissements et des régurgitations, des diarrhées, de la constipation ou des flatulences.

Les chiens présentant un tube digestif sensible tombent souvent malade en hiver, après un repas inhabituel, trop copieux ou avarié. Généralement on rencontre souvent des animaux réellement fragiles et des animaux qui ont un comportement alimentaire qui est mauvais pour leur tube digestif. Par exemple, si votre chiot a tendance à gober tout ce qui traine sur son passage, il est logique que le risque de troubles digestifs soit augmenté.

Dans tous les cas, voici des conseils en or pour préserver le tube digestif de votre chien et soigner les petits bobos.

 

Symptômes : les vomissements (Gastrite du chien)

Ils sont signes d’une inflammation haute du tube digestif, d’origine diverse, ou bien d’une occlusion intestinale. Les causes de gastrite chez le chien sont très nombreuses, le plus souvent bénignes, mais parfois plus graves, pouvant entraîner le décès de l’animal ! L’animal pourra présenter des signes généraux tels qu’abattement, fièvre, douleur abdominale, anorexie… Tous ces signes, associés aux vomissements, marquent la gravité de l’affection.

En effet, si un chien qui a vomi une ou deux fois reste malgré tout en pleine forme et réclame encore à manger, c’est qu’il n’est pas gravement atteint. Peut-être a-t-il tout simplement mangé quelque chose d’inhabituel, ou attrapé un virus bénin, ce qui va le rendre malade deux ou trois jours au maximum, … puis passer tout seul !

Des transitions alimentaires en douceur

A l’inverse, un chien qui vomit beaucoup, parfois en jet, qui semble abattu, prostré, et surtout qui ne veut pas s’alimenter, est probablement plus sérieusement atteint, et il ne faudra pas attendre pour le montrer à son vétérinaire.

La gravité pourra également être fonction de l’âge de l’animal, et/ou de son poids. Des vomissements sur un chiot Yorkshire Terrier de 2 mois pesant 800 grammes seront à prendre très au sérieux, car il risque la déshydratation et l’hypoglycémie, alors qu’un labrador de 2 ans pesant 35 kilos aura un peu plus de « réserves » et de résistance !

Enfin, la présence de sang en petite quantité dans les vomissements n’est pas forcément un signe de gravité. Cela montre simplement une inflammation importante de la muqueuse gastrique, ou bien la persistance des vomissements sur plusieurs jours !

 

Symptômes : les diarrhées de l’intestin grêle (Entérite)

Les diarrhées du chien sont toujours liées à une inflammation plus ou moins importante de l’intestin.

Les diarrhées de l’intestin grêle sont en général très liquides, parfois en jet, parfois hémorragiques, accompagnées d’une augmentation de la fréquence d’émission des selles.

De manière moins fréquente, des signes généraux peuvent être associés, identiques à ceux rencontrés dans les gastrites. Ceux sont eux qui, ici aussi, marquent la gravité de la maladie, comme par exemple, lors d’une diarrhée d’origine virale due au parvovirus, avec fièvre, abattement, baisse des globules blancs...

Et tout comme lors de gastrite, le jeune âge et le faible poids du chien vont aggraver les symptômes du fait de la déshydratation et de l’hypoglycémie induite.

Symptômes : les diarrhées du gros intestin chez le chien (Colite)

Ici, les symptômes sont différents. L’inflammation du côlon et/ou du rectum va entraîner l’émission de selles molles, plutôt en « bouses », souvent de gros volume, avec présence de glaires, de mucus, et parfois de sang.

Les symptômes généraux sont souvent absents, signant une faible gravité de la maladie.

Le sang, souvent présent, n’est pas non plus signe de gravité.

 

Symptômes : association vomissements / diarrhée (Gastro-entérite)

La présence concomitante des deux traduit une inflammation de l’ensemble du tube digestif, de l’estomac jusqu’au rectum.

Ici aussi, la gravité dépendra des signes généraux associés, ainsi que du gabarit de votre chien.

Affections digestives aiguës du chien

  • Les gastro-entérites infectieuses, souvent virales : très fréquentes chez le chien, saisonnières (automne et hiver).
  • Les gastrites parasitaires : chiots avec parfois des pelotes d’ascaris dans l’estomac.
  • Les corps étrangers : ceux-ci peuvent parfois être volumineux, et c’est une vraie urgence, car les signes généraux sont plus graves. Il faut stabiliser l’animal, puis l’opérer rapidement pour lever l’occlusion.
  • Les changements alimentaires brutaux : un chien doit avoir une régularité quant aux constituants de son alimentation. Plus il mange le même aliment, mieux il le digère.
  • Les diarrhées de stress (parfois même hémorragiques) : certaines maladies sont beaucoup plus graves, et nécessitent des examens complémentaires, et même parfois une hospitalisation et des perfusions.

 

Affections digestives chroniques du chien

  • Syndrome de malassimilation de la nourriture
  • Allergies et intolérances alimentaires
  • Gastrites
  • Entérites
  • Gastro-entérites
  • Recto-colites immuno-allergiques
    • Les quatre bons gestes à avoir en cas de vomissements et/ou diarrhées du chien

      • Arrêt total de la nourriture durant 12 à 24 heures en cas de diarrhée ou de vomissement, puis reprise très progressive en cas d’amélioration.
      • Vous devez continuer à proposer de l’eau à votre chien.
      • Administration d’un pansement gastro-intestinal : la seule limite à cela est la difficulté à le faire avaler.
      • Et bien sûr, prendre contact avec votre vétérinaire avant aggravation. De manière générale, il faut prévenir son vétérinaire traitant, mais obligatoirement dans les cas suivants : chien abattu, persistance ou récidive des troubles digestifs, animal très jeune ou de très petite taille, sang dans les selles en quantité importante.

      Des transitions alimentaires en douceur pour éviter les problèmes de digestion chez le chien

      D’abord, il faut toujours faire une transition alimentaire si vous changez l’alimentation de votre chien. Même si le changement alimentaire ne dure que quelques jours et même si pour partir en vacances, vous préférez utiliser une marque de croquettes conditionnée en de plus petits emballages. Il faut préparer le tube digestif de votre compagnon à sa nouvelle alimentation. La transition alimentaire est d’autant plus importante si l’on passe d’une alimentation très digestible (telle que l'alimentation junior, hypoallergénique ou ménagère) à une alimentation peu digestible.

      La transition est simple : on mélange l’ancienne alimentation à la nouvelle. En augmentant petit à petit la part de la nouvelle alimentation par rapport à l’ancienne, vous garantissez le bien-être digestif de votre chien pendant le changement.

      Le changement se fait idéalement sur 7 jours mais vous pouvez le faire sur une période de 5 à 10 jours.

      Si vous n’avez vraiment pas le choix, que le paquet de croquettes habituel est terminé ou que vous êtes partis en vacances sans prendre la nourriture de votre chien, favorisez une alimentation très digestible.

      Vaccination et vermifugation du chien

      Ensuite, rappelez-vous qu’il est important de vacciner et vermifuger votre chien régulièrement et tout au long de sa vie. La vaccination et la vermifugation protègent votre chien contre plusieurs maladies responsables de troubles digestifs plus ou moins graves (maladie de Carré et parvovirose en particulier). Cette règle est d’autant plus importante chez un chiot, une chienne future maman ou une chienne qui allaite. Vérifiez toujours la vaccination et la vermifugation de votre chienne avant de la mettre à la reproduction et consultez votre vétérinaire dès l’adoption d’un jeune chien.

      La fréquence de la vermifugation va dépendre du mode de vie de votre chien et de son âge. Le plus simple est d’en discuter avec votre vétérinaire et l’éleveur chez qui vous avez adopté votre animal. La fréquence de la vaccination est annuelle, voire bisannuelle (deux fois par an) pour certains vaccins. C’est le vétérinaire qui effectue les vaccinations, une fois encore à ce sujet, il sera votre meilleur interlocuteur tout le long de la vie de votre animal.

 

Mettre son chien « à la diète » en cas de problème digestif

Autre petit conseil, en cas de troubles digestifs, il est préférable de mettre votre chien à la diète, avec un accès à volonté à de l’eau fraîche. Une diète de 12 à 24h, en cas de diarrhées ou de vomissements, permet de mettre le tube digestif de votre chien au repos le temps de voir votre vétérinaire et que les médicaments agissent. Sauf indication de votre vétérinaire, la diète ne devra pas dépasser les 24h.

La réalimentation après la diète doit se faire progressivement. Par exemple, sur 24h, je ne donne que la moitié de sa ration habituelle à mon chien, divisée en 3 ou 4 repas, et le lendemain, je lui donne sa quantité habituelle, toujours en la fractionnant en plusieurs repas. Tout ceci permet de poursuivre le repos du tube digestif en évitant de le surcharger pendant sa guérison.

Une règle à appliquer en cas de problèmes digestifs, aigus ou chroniques, est d’utiliser une alimentation très digeste.

Pendant la période de réalimentation les aliments peu digestes ou trop gras, comme les friandises par exemple, doivent être évités.

Si ces troubles digestifs sont fréquents et continus, le passage à une alimentation très digestible et spécialisée pour les animaux qui ont un tube digestif fragile peut être indiquée et apporter un réel soulagement à votre chien. Dans le cas où cette alimentation seule resterait sans effet, un examen complet de votre animal par votre vétérinaire sera indispensable.

Les bénéfices des compléments alimentaires ou probiotiques pour faciliter la digestion du chien

Dans tous les cas, que les troubles soient aigus ou chroniques, vous pouvez utiliser des compléments alimentaires ou des probiotiques pour rééquilibrer la flore de votre chien (sauf contre-indication par le vétérinaire).

Il existe en effet des compléments alimentaires sous diverses formes permettant à de « bonnes » bactéries de se développer dans le tube digestif de votre chien. Comment cela fonctionne-t-il ? Au choix : soit les compléments alimentaires apportent des éléments nutritifs utilisés principalement par les bonnes bactéries pour se développer, soit les probiotiques contiennent directement ces bonnes bactéries.

Pourquoi les appelle-t-on « bonnes bactéries » ? Ces bactéries, dont les bactéries lactiques, lorsqu’elles se multiplient, ne génèrent pas de troubles digestifs contrairement aux mauvaises bactéries qui quand elles se multiplient peuvent provoquer des diarrhées. En présence d’un grand nombre de bonnes bactéries, les mauvaises bactéries auront du mal à se développer et resteront dans le tube digestif de votre chien en petite quantité.

Comment administrer un complément alimentaire ou un probiotique à son chien ?

En général, et en fonction du type de complément, ces traitements sont à prendre par cure, en cas de diarrhées ou de période à risque (comme chez certains chiens qui ont beaucoup de gastro-entérites l’hiver). Certains aliments industriels contiennent déjà ce type de compléments alimentaires dans leur formule, ils peuvent être donnés quotidiennement aux animaux qui ont un tube digestif fragile.

Les traitements médicaux pour les troubles digestifs des chiens

Pour finir, voici les différents traitements médicamenteux existants actuellement sur le marché, susceptibles de soulager votre animal.

  • Les anti-émétiques : En cas de vomissements, votre vétérinaire peut lui prescrire des anti-émétiques. Ils permettent d’arrêter ou de freiner les vomissements de votre chien. Ils peuvent être utilisés en traitement symptomatique, quand votre chien est malade, ou en prévention du mal des transports. Il est conseillé de les administrer au moins une demi-heure avant la prise d’un repas ou de tout autre médicament (pour éviter que votre chien malade ne vomisse à nouveau ses médicaments ou son repas parce que la molécule n’aura pas eu assez de temps pour agir).
  • Les pansements digestifs : il en existe de plusieurs formes et ont diverses fonctions, mais la première et principale est de protéger et d’apaiser les différentes parties du tube digestif. Certains d’entre eux, comme la smectite ou la montmorillonite, doivent être pris 30 minutes avant un repas. Le phosphate d'aluminium protège très bien l’estomac suite à des vomissements. Il devrait être pris de préférence avec un espace d’une heure avec tout autre médicament, pour ne pas en empêcher l’absorption. Ces pansements digestifs sont généralement disponibles sans ordonnance chez votre vétérinaire.
  • Les anti-acides : ils protègent la paroi de l’estomac en cas de vomissements. Il est préférable également de les administrer 30 minutes avant le repas. Ils seront prescrits par votre vétérinaire.
  • Les antispasmodiques : ces médicaments calment les diarrhées et /ou diminuent la douleur abdominale. Le vétérinaire peut le prescrire si votre chien a une diarrhée intense ou des douleurs abdominales.
  • Les antibiotiques : il est conseillé de consulter son vétérinaire avant tout traitement antibiotique car ils ne sont pas systématiquement nécessaires en cas de diarrhées. De plus, sauf contre indication de celui-ci, le traitement durera toujours au minimum 5 jours pour éviter de développer des résistances chez les bactéries du tube digestif de votre chien.
  • Si malgré tous ces conseils votre chien ne se sent pas mieux, ne tardez pas et consultez un vétérinaire, la diarrhée et les vomissements peuvent déshydrater rapidement votre chien.