PARASITES EXTERNES, LES PUCES

Parasite externe du chien : les puces.

Les parasites externes du chien sont principalement les tiques, les puces et les moustiques. Tous se développent du printemps à l’automne, en ignorant de plus en plus les saisons. Ils sont gênants par leurs piqûres, et sont surtout dangereux à cause des maladies ou parasites qu’ils peuvent transmettre aux animaux dont le sang leur sert de nourriture.

Un bon traitement repose sur un bon diagnostic. Avant de traiter un animal qui se gratte, il faut être sûr que ce soit à cause de parasites et non pas d’une autre cause, notamment une allergie.

On parlera ici des puces, car les gales ou les demodex, parasites plus rares, nécessitent un diagnostic et un traitement exclusivement vétérinaire.

Comment être sûr que mon chien a des puces ?

Un chien porteur de puces ne se gratte pas forcément, même s’il est très infesté. Il ne se gratte que s’il est allergique à la salive des puces.

Par contre, si le chien est allergique, même un très faible nombre de piqûres déclenchera un prurit intense.

Mais attention, un prurit violent peut être lié à une allergie autre que celle aux puces ! Acariens de la poussière, pollens, moisissures, allergies alimentaires… peut être la cause de démangeaisons.

En cas de démangeaisons, faire un bon diagnostic est important, car « tout n’est pas puces », et bien sûr le traitement sera différent en fonction de la cause.

Une visite chez le vétérinaire sera parfois nécessaire pour rechercher celle-ci.

Où chercher les puces sur mon chien.

L’examen visuel du pelage d’un chien infesté ne permet pas systématiquement d’observer des parasites, et cela pour plusieurs raisons :

L’infestation n’est peut-être pas massive car récente par exemple, et il ne s’agit donc que de quelques puces à côté desquelles vous pouvez passer sans vous en rendre compte. La densité et la couleur du poil ne permettent pas toujours d’observer les parasites sur le corps du chien.

Quand vous pouvez visualiser les puces sur le corps de l’animal, elles sont situées le plus souvent au bas du dos (base de la queue), ou sur le bas-ventre, zone où le poil est clairsemé.

Ce sont des insectes bruns, de 1 à 3 mm, qui se faufilent dans le pelage, et que l’on aperçoit si l’on écarte les poils avec les doigts, ou si l’on utilise un peigne à puces.

Vous pouvez aussi repérer les déjections des puces adultes à la base des poils, sous forme de très petits grains noirs. Si vous déposez ces grains sur un mouchoir humide, cela fait une auréole rouge de sang coagulé.

Des puces toute l’année, quel que soit le temps à l’extérieur

Les puces survivent essentiellement dans les logements, où les variations de températures sont faibles et il est donc fréquent que des chiens soient porteurs, même en plein hiver.

La contamination vient d’ailleurs rarement d’un autre animal, mais d’un « site d’éclosion » infesté de cocons (dans l’appartement, la maison de campagne, la voiture ...).

Comment traiter efficacement contre les puces ?

Traiter un chien contre les puces, c’est facile. Le débarrasser totalement et durablement, c’est nettement plus compliqué. D’autant plus si l’infestation est importante.

Traitez le chien correctement contre les puces.

Il faut traiter tous les animaux à sang chaud de la maison, sans oublier les « Nacs », et ce, avec des produits adaptés aux âges et aux espèces.

Il faut traiter toute l’année, sous peine de récidive ou de réintroduction.

Il faut faire la différence entre prévention et traitement, c’est-à-dire être plus agressif dans le 2ème cas en utilisant en premier lieu des sprays et pipettes antipuces.

Appliquez des produits antiparasitaires en quantité suffisante, notamment quand il s’agit de sprays (le poil doit être mouillé).

Traitez aussi l’environnement contre les puces.

C’est le point le plus important.

Recherchez tous les lieux possibles d’infestation, et traitez-les avec un produit adapté.

Il faut utiliser des sprays ou des foggers contenant un adulticide, mais surtout un inhibiteur de croissance des œufs et larves, et traiter l’ensemble des pièces conformément aux indications du fabriquant.

Ces produits étant anti-acariens, le traitement profitera aussi aux individus et animaux allergiques à la poussière de maison !

Il ne faudra pas oublier de traiter avec les mêmes produits la voiture, le bureau, la maison de campagne ... et tous les lieux fréquentés régulièrement ou occasionnellement, où le chien sera susceptible de se contaminer à nouveau.

En cas de risque important de récidive (maisons difficiles à traiter, chiens vivant à la campagne, nombreux animaux, ....), on pourra traiter l’environnement tous les 6 mois. C’est, en effet, la durée de rémanence de ces antiparasitaires dans les locaux.

Malgré les apparences, le parasitisme externe n’est pas un problème facile à résoudre, et la prévention est encore et toujours le meilleur des remèdes.

Lors d’un traitement curatif, donc postérieur à l’infestation, il est normal de voir des puces, parfois plusieurs jours ou mois, et parfois en grand nombre, sur un chien correctement traité (même après un traitement de l’habitat).

Malgré l’application de l’antiparasitaire sur le corps, un animal attrape en effet de nouvelles puces tous les jours pendant plusieurs semaines : dans son panier, sa niche, sur les tapis, sur les canapés, dans la voiture, ... Grace au produit, elles sont tuées tous les jours, mais il faut parfois plusieurs semaines pour que le chien n’attrape plus de nouvelles puces, le temps de vider les réservoirs de puces de son environnement.

Live Chat
Accepter les cookies
close
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de mesurer l’audience de notre site et de vous proposer des services et du contenu adaptés à vos centres d’intérêts. Pour plus d’informations, ou pour changer vos préférences de cookies cliquez sur en savoir plus.