ACCUEILLIR UN CHIOT : CE QU’IL FAUT SAVOIR

Accueillir un chiot : ce qu’il faut savoir.

La décision est prise, après une longue réflexion en famille, vous êtes d’accord pour accueillir un chiot à la maison.

Vous devez vous mettre d’accord sur la race ou le profil de chien qui peut convenir à votre famille.

L’esthétique ne doit pas être le seul critère à retenir. Vous devez tenir compte de la composition de votre foyer (enfants ou pas par exemple), de votre rythme de vie (combien de temps pourrez-vous lui consacrer chaque jour), de la présence d’autres animaux, de l’espace que vous lui accordez (appartement ou maison avec jardin)…

Selon les races, les chiens auront des besoins spécifiques qu’il vous faudra satisfaire sous peine de créer des frustrations ou pire, des problèmes de comportement.

Un vétérinaire comportementaliste peut vous accompagner dans votre projet d’accueillir un chiot, et vous pourrez aussi trouver beaucoup de renseignements utiles en discutant avec les éleveurs

L’âge légal de départ du chiot de l’élevage est de 8 semaines.

A partir de ce moment là, il lui reste de 4 à 6 semaines pour s’adapter au mieux à son environnement tant à l’intérieur de chez lui, qu’à l’extérieur (exemple : la ville). Autant dire que votre rôle et votre investissement sont aussi importants que celui de l’éleveur qui a pris soin du chiot depuis sa naissance.

Il est vivement conseillé de prendre un chiot après l’âge de 8 semaines car un sevrage trop précoce peut avoir des conséquences sur le développement du chiot et certaines difficultés peuvent survenir quelques semaines plus tard ou à l’adolescence.

En effet, de 3 à 8 semaines, le chiot apprend à contrôler ses mâchoires. Au cours des bagarres dans la fratrie, si la morsure est trop forte et fait crier le chiot mordu, la mère vient interrompre l’interaction et sanctionner si nécessaire.

A l’inverse, évitez de choisir un chiot de plus de 3 mois dans un élevage en milieu calme surtout s’il doit habiter en ville par la suite. Le manque de stimulations extérieures peut engendrer de grandes difficultés d’adaptation aux stimuli.

La première consultation du chiot chez le vétérinaire

Votre chiot devra fréquenter le cabinet vétérinaire au moins une fois par an. Sa première visite est importante, il ne doit pas se sentir stressé et vous devez poser toutes les questions utiles. Pendant cette consultation, le vétérinaire prendra son temps pour procéder à un examen général.

  • Une fois dans le cabinet, gardez votre chiot avec vous, à l’écart des autres. Vous éviterez ainsi le risque de transmission de maladies dont les autres animaux pourraient être porteurs.
  • Le vétérinaire examinera avec soin votre chiot, en particulier, les yeux, les oreilles, les dents, les articulations, la peau…
  • Le vétérinaire procèdera aux primo-vaccinations : Maladie de Carré, Hépatite de Rubarth, Parvovirose, Leptospirose (CHLP) dès l’âge de 7 semaines avec rappel entre 3 et 6 semaines plus tard et Rage à 3 mois.
  • Il vous proposera également un protocole de traitement des vers et des puces, une méthode d’identification (micro-puce ou tatouage), et évoquera la stérilisation.
  • Il vous remettra un carnet de santé et un passeport pour animal de compagnie.
  • Il répondra également aux questions que vous vous posez sur la santé, l’alimentation, l’exercice, le toilettage, l’éducation du chiot…

Autres démarches avant l’arrivée du chiot

Vous devrez prévoir son couchage, quelques jouets adaptés à son âge et à sa morphologie, une gamelle pour l’eau et une autre pour ses aliments, une laisse et un collier à sa taille, une médaille avec votre numéro de téléphone ainsi qu’une mention indiquant que votre chiot est pucé.

La voiture sera équipée, soit d’une caisse de transport, soit d’une grille de séparation pour le coffre. Toutefois, pour le premier voyage, le chiot prendra place sur les genoux d’un passager à l’arrière afin de le rassurer.

Les clôtures du jardin seront vérifiées et les petits espaces par lesquels il pourrait tenter de se faufiler seront sécurisés.

En appartement, le balcon sera protégé avec un brise-vue par exemple afin que votre chiot ne puisse pas passer sa tête et se bloquer.

Demandez conseil auprès de votre vétérinaire afin de prévoir la trousse à pharmacie, comme par exemple l’indispensable crochet à tiques.

Renseignez vous auprès de votre compagnie d’assurance afin de vérifier que votre chiot est bien inclus dans votre contrat habitation et responsabilité civile.

Renseignez-vous aussi sur les assurances santé qui prendront en charge certaines dépenses de soin.

Live Chat
Accepter les cookies
close
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de mesurer l’audience de notre site et de vous proposer des services et du contenu adaptés à vos centres d’intérêts. Pour plus d’informations, ou pour changer vos préférences de cookies cliquez sur en savoir plus.