Longue vie aux animaux noirs !

La couleur noire n’a pas toujours été bien portée par les chats ! Souvent accusés de satanisme, ils ont été persécutés dans de nombreux pays, et encore aujourd’hui. Changeons de vision sur la couleur des chats et des chiens notamment, c’est urgent !

Selon une étude menée récemment et publiée dans la revue PLOS Genetics, la couleur noire du pelage pourrait en fait représenter un avantage et un signe de longévité chez les animaux. Cette couleur est due au mélanisme, le phénomène génétique qui provoque la coloration noire de la peau et des poils et plumes des animaux.

Aujourd’hui, ces scientifiques estiment que les animaux de couleur noire auraient une espérance de vie supérieure, en leur permettant notamment de mieux se camoufler dans l’obscurité et d’éviter les prédateurs.

Pour cette étude, les chercheurs ont observé trois gros chats sauvages d’Amérique du Sud : le chat des pampas, le Kodkod (le plus petit chat sauvage d’Amérique), et le chat de Geoffroy. L’étude des mutations génétiques responsables du mélanisme a mené à une déduction : la couleur noire représente un net avantage dans la sélection naturelle. Malgré tout, les mécanismes génétiques permettant la transmission du mélanisme restent inconnus à ce jour.

deux chiens

Ils ne peuvent manifestement pas s’expliquer par la simple recherche de camouflage car dans certains environnements, cette couleur n’est pas vraiment un avantage ! «Un chat noir passe mieux inaperçu dans l’obscurité d’une forêt que dans la clarté d’un champ à ciel ouvert», commente un membre de l’équipe de recherche.

D’autres études menées il y a quelques années ont aussi conclu à l’intérêt de cette couleur noire, notamment chez des populations de loups. Les animaux noirs se sont avérés statistiquement en meilleure forme que les individus de couleur claire.

Hiboux

Chez les hiboux aussi, la couleur noire serait liée au développement du cerveau et au fonctionnement du système immunitaire.

«De multiples facteurs extérieurs comme le feuillage, l’humidité de l’air, la température ou les agents infectieux ont de possibles actions et pourraient influencer le camouflage, la résistance à la chaleur et la thermorégulation, ou la résistance aux infections», explique Gregory Barsh, co-auteur de l’étude.

Les animaux noirs, loin d’être des êtres maléfiques, seraient au contraire bien plus intéressants que les autres !

Live Chat
Accepter les cookies
close
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de mesurer l’audience de notre site et de vous proposer des services et du contenu adaptés à vos centres d’intérêts. Pour plus d’informations, ou pour changer vos préférences de cookies cliquez sur en savoir plus.